À propos

Sur la recherche :

La dernière Loi d’Orientation et de programmation pour la refondation de l’Ecole de la République (2013) invite à « redynamiser le dialogue entre l’école et les parents » et de les associer à la réussite scolaire et éducative des enfants. De nombreux travaux sociologiques, études ou rapports1 évoquent cependant des relations d’interdépendance et de communication complexes voire compliquées entre les familles et l’école aujourd’hui.

Dans le 2nd degré, en France, le Conseiller Principal d’Education (CPE) est un acteur-clé de la construction de la relation avec les parents. Le dialogue avec les parents est inscrit dans les missions des CPE et peut être considéré comme une tâche prescrite au sens où l’entend Leplat (Leplat, 1997). Il s’agit donc pour les CPE d’agir par le «dialogue ». Les parents ont un droit d’information reconnu sur la scolarité de leur enfant.

Le collège, parce qu’il représente les années de scolarité obligatoire du secondaire est un moment crucial de la scolarité des élèves français, mais aussi parce qu’il correspond à une période de changements psychologiques, physiques … qui fragilisent certains adolescents, enfin, parce qu’il fait aussi l’objet actuellement d’une réforme importante, il nous semblait important de centrer notre recherche sur le niveau collège. Enfin, nous avons fait le choix de nous centrer sur les échanges CPE-parents ayant trait à des situations où l’élève contrevient aux règles de l’établissement d’une part parce que ces échanges sont des tâches complexes qui permettent de développer des compétences plus élaborées mais aussi parce que cette gestion des faits d’indiscipline, particulièrement lorsqu’ils ont lieu hors de la classe, échoue souvent aux CPE (CEREQ, 2007), (Garcia, 2012), (Condette, 2013) et représente une part importante de leur activité.

L’analyse des textes officiels nous permet d’envisager quelle est l’histoire et la nature de la tâche prescrite aux CPE en matière de dialogue avec les familles mais aussi quel « style » (Clot & Faïta, 2000) ils adoptent lorsqu’ils redéfinissent cette tâche. Nous nous basons sur l’approche de Vinatier (Vinatier, 2009) qui développe une analyse de l’activité qui combine le repérage des constituants du schème et des marqueurs de l’intersubjectivité, tels que développés par Kerbrat-Orecchioni (Kerbrat-Orecchioni, 1992) dans sa théorie linguistique interactionniste pour construire un modèle de compréhension de l’activité des CPE, de repérer des formats interactionnels significatifs dans des échanges (téléphoniques et présentiels) où les CPE évoquent avec les familles un comportement indiscipliné de l’élève. Il s’agit d’élucider les savoirs d’expérience mobilisés par les professionnels afin de réaliser ces tâches. Enfin, nous mettons en avant d’un point de vue plus macroscopique, ce que traduit ce type d’échanges dans les relations entre les parents et l’Ecole aujourd’hui à quels phénomènes assistons nous (domination, coéducation, résistances…).

1 Voir par exemple les travaux de Pierre Périer (Périer, 2005) et le rapport de juillet 2014 présenté à l’Assemblée Nationale (Commission des affaires culturelles et de l’éducation & Corre, Valérie, 2014)

10 CPE de différents collèges de l’Académie de Nantes, de Caen et de Créteil collaborent à cette recherche. 170 échanges CPE-parents ont été enregistrés entre janvier 2014 et juin 2016, 104 concernent des situations où un-e élève a contrevenu aux règles de l’établissement (soit 61 %). Notre corpus principal se stabilise aujourd’hui avec 78 échanges retranscrits. A ce corpus s’ajoutent les entretiens réalisés lors de la phase exploratoire avec les CPE, les chefs d’établissement et deux IA IPR ainsi que des entretiens de co-explicitation individuels et collectifs.

Sur la doctorante :

J’ai été CPE dans différents établissements (93, 82, 72, 53) pendant une dizaine d’années. J’ai intégré l’IUFM des Pays de la Loire en novembre 2009 en tant que Conseillère Technique en formation Continue avant de faire de la formation. Formatrice à temps plein depuis 2011, j’interviens en formation des CPE et des enseignants stagiaires. Je fais aussi de l’accompagnement à la VAE pour les Masters proposés à l’ESPE- Académie de Nantes.

Titulaire d’une maîtrise d’histoire (1998), j’ai fait une reprise d’étude et obtenu un Master FFAST (Formation de Formateurs par l’Analyse des Situations de Travail) en 2007. Je m’inscris en doctorat en octobre 2013.

Présidente de l’afast, association des formateurs par l’analyse des situations de travail, membre du CRAP (Cercle de Recherche et d’Action Pédagogique), je suis aussi mère de deux filles de 4 & 8 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *